Sélectionner une page

Quel est le vrai prix de revient d’un rédacteur web offshore ?

D’autres conseils sur les techniques de rédaction web

Avant de parler chiffre, il est important de revenir sur la notion de prix d’un rédacteur web offshore, car on assimile trop souvent les agences de rédaction en Afrique à des prix ultra bas.

Or, moins cher ne veut pas dire ultra discount, car une prestation à forte valeur ajoutée ne peut pas être vendue à un prix dérisoire.

On parle donc de prix de vente moins élevés qu’en France et non de prestations le moins cher du moins cher

Pour évaluer la cohérence d’un tarif fortement discount et le vrai prix de vente de la rédaction web offshore, il faut connaitre les facteurs qui permettent aux agences de rédaction de Madagascar d’être plus compétitives que celles qui sont implantées en France.

Dans cet article, nous ne considérerons que les facteurs qui permettent de réduire les prix dans des conditions éthiques de travail et dans le respect des normes qualitatives des clients français.

Notre estimation du vrai prix ne prend pas en considération les pratiques abusives et irresponsables vis-à-vis de la main d’œuvre, car ces agissements conduisent à des prix déloyaux. WEBTOO a rédigé plusieurs blogs sur le sujet du nouvel esclavagisme dans la rédaction web à Madagascar

Le principal avantage est la masse salariale

La principale différence entre une agence web en Côte d’Ivoire et une autre installée en France est le montant de la masse salariale et des charges sur salaires.

Elle représente le premier poste de dépenses dans une entreprise française, alors qu’elles sont considérablement réduites sur la grande Ile.

À compétence égale, un rédacteur coutera jusqu’à six fois plus cher en France.

Le prix de la main d’œuvre est donc le principal élément qui influe sur le prix de vente. Cependant,  si ce facteur à une influence baissière sur les coûts, d’autres éléments ont une influence à la hausse

Les autres charges ne sont pas si faibles qu’on pourrait le penser

Ce qui est équivalent

Si la main-d’œuvre est moins chère et permet d’économiser, les autres charges telles que le loyer, l’énergie, les impôts, le gardiennage, les charges occultes payées en espèce pour garantir la tranquillité dans le travail sont très importantes. Elles sont quasi équivalentes à celles que l’on a en France (sauf les bakchich bien évidemment)

Si vous louez une maison à Tananarive et que vous ne payez pas une entreprise de gardiennage pour assurer la sécurité, vous êtes certain que vos ordinateurs disparaitront un week end ou une nuit. Il faut donc raisonner « Montant du loyer + prix de la sécurité », ce qui fait qu’on arrive au même montant qu’un bureau de surface équivalente en banlieue parisienne.

Loyer, gardiennage et électricité est un budget très important

Si vous n’investissez pas dans du matériel de sécurité électrique, vous ne pourrez pas produire par manque d’électricité un jour sur deux.

Ce qui est plus cher

Sur le plan de l’équipement (ordinateurs et autres matériels informatiques), les coûts d’acquisition sont plus élevés qu’en France. Un ordinateur obsolète en France sera vendu 30% plus cher en Afrique que le nouveau modèle plus complet en France. Il faut savoir aussi qu’il ne sert à rien de s’assurer contre le vol, vous ne serez jamais remboursé en cas de problème.

À performance et robustesse égale, les immobilisations technologiques sont la plus importante sortie de trésorerie, car on ne peut pas faire d’emprunt, il faut tout payer à la livraison en espèces. Les crédits sont réservés aux grands groupes installés sur place depuis des années, les taux d’intérêt y sont supérieurs à 15%.

Les achats de matériel se font avant de commencer à travailler et sont très élevés !

Le gros poste de dépenses qu’il faut lier à la masse salariale est la bande passante internet. L’équivalent qualité / prix d’une freebox n’existe pas sur l’île rouge. Il faut compter 60 euros / mois pour 2 ou 3 personnes maximum connectées sur la même ligne pour avoir un débit 3 à 4 fois inférieur à ce qu’on a l’habitude d’utiliser en France. Au delà de 2 ou 3 personnes, la liaison est trop lente pour travailler efficacement. Ce surcoût fait augmenter la masse salariale.

L’internet est un énorme problème dans le pays

Une fois que l’équipe est en place et dispose des moyens matériels pour travailler, il vous faut passer des heures en formation. En effet, les malgaches, même ceux qui ont fait des études, ont le malgache comme langue maternelle. C’est après qu’ils apprennent le français.

Quand vos collaborateurs sont formés et bien managés, ça fonctionne bien. Dans le cas contraire, ça donne des textes au format « français malgachisé ».

La formation continue, ça coûte de l’argent !

Ne pas oublier non plus que les français ont une des meilleures productivité au monde. Les salariés français travaillent vite et bien. Mais la culture de la vitesse n’est pas organisée de la même manière en Afrique, les salariés sont beaucoup plus lents. Il ne faut donc pas transposer directement la quantité de travail d’un français et celle d’un africain.

La productivité est bien inférieure à la France

Si vous êtes en France

Rajoutez aussi les billets d’avion et les frais d’hôtel, car une équipe à l’étranger se manage et se visite régulièrement.

Rajoutez aussi les salaires des expatriés français si vous voulez produire de la qualité. Sans formateur français, les textes seront en malgache francisé, non conformes à la qualité des clients français.

En conclusion, les agences en Afrique doivent produire des volumes importants pour assurer leur retour sur investissement

Compensation sur des économies d’échelles

Pour continuer à vendre moins cher tout en dégageant des bénéfices, les équipes externalisées dans un pays à faible masse salariale privilégient généralement les clients disposant d’un budget moyen ou gros.

D’ailleurs, en parcourant certains forums sur le sujet, on s’aperçoit rapidement que les PME se plaignent souvent d’être ignorées à cause de leurs « petits besoins « .

Toutefois, certaines sociétés sont organisées de manière à pouvoir répondre aux demandes des TPE et PME. Nous verrons dans un autre article comment externaliser  son travail lorsqu’on est une micro-entreprise.

Le vrai prix de vente de la qualité offshore

En considérant les facteurs cités ci-dessus, une agence basée à Tananarive ne peut fonctionner qu’en proposant des tarifs compris entre 0.02 et 0.03 euro par mot, ce qui est déjà largement inférieur au prix pratiqué en produisant en France.

Des tarifs inférieurs, entre 0,01 et 0,019 euros, indiquent souvent une surexploitation de la main d’œuvre ou un niveau d’équipement qui ne permet pas de répondre à toutes les contraintes et exigences du marché.

Les tarifs inférieurs à 0,02 euros indiquent que les moyens pour produire de la qualité aux normes françaises (et pas aux normes malgaches) ne sont pas mis en place et ne pourront, à quelques rares exceptions de freelance près, jamais satisfaire un donneur d’ordre français

Autrement dit, une entreprise offshore professionnelle est moins chère qu’une autre basée en France, mais peut être aussi chère, voire parfois plus, qu’un rédacteur freelance français, mais dispose d’une capacité de production bien supérieure.

A moins de 2 euros les 100 mots, l’entreprise malgache ne peut pas faire de la qualité aux normes française

Chez WEBTOO

  • Nous avons développé des processus de production orientés par les impératifs de qualité que réclament les internautes, Google et nos clients. Notre modèle économique et salarial est construit dans cet objectif
  • Notre expérience du marché et des gros volumes nous permet de proposer des tarifs compétitifs sans rogner sur la qualité et sans exploiter les collaborateurs

En optant pour l’excellence, nos clients sont fidèles

Le choix de l’externalisation demeure celui d’une réduction des coûts de main-d’œuvre

  • L’externalisation de la rédaction SEO n’est pas une bonne affaire quand elle est mal gérée
  • Le prix d’une prestation de qualité et d’une sous-traitance éthique ne peut pas être le « moins cher du moins cher »
  • Déléguer son éditorial à une agence dans un pays en voie de développement présente un avantage économique substantiel, notamment pour les éditeurs de contenus dont les besoins sont importants et réguliers

Conseil WEBTOO

  • Sachant que Google est plus draconien que jamais et qu’il continuera sa marche vers l’excellence sans sourciller, vous devez admettre dès aujourd’hui qu’il vous faut des contenus de qualité et que ces derniers ont un coût
  • Il ne faut pas croire qu’un prix dérisoire peut être une réponse à vos impératifs financiers, car vous y perdrez en visibilité sur le net
  • Le référencement de demain coûtera plus cher que le référencement d’hier, et demain est déjà aujourd’hui. Mais la rédaction web à Madagascar reste une bonne opportunité si elle est bien gérée