Sélectionner une page

Exemple de rédaction de contenu web : Assurance vie

Voici un exemple de rédaction web rédigée par les équipes Webtoo

Avec un contexte économique mondial de récession, l’engouement pour les assurances-vie mono et multi supports semble s’être atténué de manière significative. La confiance des Français a beaucoup régressé et les chiffres révélés par une étude de l’IFOP pour l’UFF sont éloquents.

C’est le 11 octobre 2011 que l’IFOP a rendu public son rapport sur un renouveau dans le comportement des petits épargnants français

Alors qu’il y a trois ans encore, le recours aux contrats multi supports avait encore leur faveur, aujourd’hui seuls 36% des personnes interviewées lors de l’étude IFOP comptent y investir de l’argent. C’est une relégation des contrats multi supports, alors qu’auparavant ce projet figurait parmi les priorités des petits épargnants, devant les autres fonds d’investissement, comme l’assurance-vie en euros, les produits à capital garanti, ainsi que l’immobilier.

Cela s’explique par le fait que les petits portefeuilles ont lâché leur confiance dans les marchés

Les chutes successives des bourses, la dépréciation des notes des agences de notation et tout un ensemble de caractéristiques d’une économie tournant au ralenti ont freiné les ambitions des particuliers. L’étude montre d’ailleurs qu’à ce propos, 79% des clients patrimoniaux ne s’attendent pas à une relance des marchés boursiers.

Les professionnels du secteur pâtissent de cette crise avec une perte de confiance accrue. Ainsi, les Conseillers en Gestion de Patrimoine se voient attribuer un taux d’insatisfaction de 21%, les conseillers bancaires 19%.

Tout ceci a pour conséquence une remise en question des investissements

Les consommateurs se tournent plutôt vers des offres moins risquées telles que les assurances-vie en euros (66%) ou les comptes à terme (69%).

Toutefois, avec une concurrence plus exacerbée des institutions financières telles que les Sociétés Civiles de Placements Immobiliers, les fonds en euros risquent aussi d’être laissés pour compte.