Sélectionner une page

Comment devenir rédacteur web freelance sans diplôme ?

En ces temps de crise et de chômage, un emploi de rédacteur web freelance offre de nombreuses opportunités, car il n’est pas nécessaire d’avoir des diplômes pour vivre de sa plume.

Ce métier permet d’améliorer le quotidien grâce à une activité qui peut s’exercer à domicile.

En d’autres termes, le métier de rédacteur freelance spécialisé dans les médias en ligne a de beaux jours devant lui, mais faut-il encore savoir en quoi consiste cette profession et connaître les aptitudes requises pour bien l’exercer.

Qu’est ce que le métier de rédacteur web ?

Il est aussi appelé aussi auteur par Google, consacre la majorité de son temps à rédiger des articles pour des journaux de la toile

Toutefois, les sujets qu’on lui demande de traiter sont variés et nécessitent souvent de longues recherches. Un temps qu’il ne consacre pas à l’écriture, mais à la documentation.

En effet, tout site ou blog qui publie régulièrement des articles a besoin de fidéliser ses internautes grâce à des informations nouvelles et à la pertinence des contenus.

Il faut non seulement apporter du neuf, mais aussi amener une expertise personnelle qui sera perçue comme une plus-value

Chaque sujet nécessite une investigation approfondie et une bonne compréhension du sujet, la qualité de ses textes en dépend.

Mais son rôle ne s’arrête pas là

  • Il peut être amené à travailler directement dans l’interface d’administration, il doit donc maitriser certains CMS comme WordPress.
  • Le contenu étant au cœur du référencement, il doit connaitre les contraintes SEO et s’intéresser aux autres métiers de l’internet pour bien comprendre les cahiers des charges qu’on lui soumet.
      • Par exemple, même si le Webmaster reste celui qui manipule les codes HTML, celui qui rédige doit connaitre le métier de développeur, car il doit écrire et organiser ses textes en fonction des contraintes techniques que lui impose le technicien.
      • Ainsi, le littéraire peut être amené à rédiger des textes prébalisés avec des métas tags (H1,H2, méta-description, etc.)

    L’auteur des contenus doit être capable d’avoir une vue globale de son métier et de l’univers dont il fait partie

Un auteur ne se contente pas de rédiger

Ecrire des textes pour l’internet n’est pas un travail de petite main, il exige de l’initiative

Pour proposer du contenu pertinent aux internautes, il doit entretenir son savoir et l’actualiser en permanence. Il doit systématiquement remettre en question la véracité de ses propos en se documentant, même s’il connait bien son sujet.

D’autre part, il est sous les ordres d’un supérieur hiérarchique ou d’un commanditaire à qui il faut être capable de faire des propositions.

En général, c’est le responsable éditorial qui distribue les sujets. C’est ensuite au rédacteur de les approfondir et d’en suggérer de nouveaux. Il doit donc connaitre parfaitement les produits, les services, l‘actualité du marché de l’entreprise qui l’emploie.

Il doit tout connaitre du media pour lequel il travaille, il doit avoir une vue d’ensemble la plus précise possible : Les cibles, les rubriques, la ligne éditoriale, les archives pour lier son nouvel article avec d’autres déjà publiés. Il doit aussi connaitre les objectifs éditoriaux et les contraintes de l’entreprise pour adapter son langage.

Il doit donc être capable d’analyser son environnement pour s’y adapter, d’autant plus que le marché de la rédaction est en perpétuelle évolution

Enfin, il doit passer du temps à relire ses textes et les corriger, car personne n’est à l’abri d’une faute de frappe ou d’une erreur de style.

Or, ces travaux nécessitent une bonne organisation et une gestion minutieuse de son temps, car la pression des délais est constante et aussi forte que celle de la qualité.

Ce métier réclame donc de la polyvalence, car il faut à la fois être un bon documentaliste, avoir une bonne expertise en référencement, la parfaite maitrise de la langue française et des règles d’écriture pour les sites internet (contenu aéré, langage accessible à tous, optimisations, etc.)

Ce métier n’est donc pas à la portée de tout le monde

Avant de se lancer sur le marché sans diplôme spécifique, il faut se demander si on a les épaules assez larges pour exercer cette profession qui est encore plus difficile lorsqu’on est à son propre compte

Quel est le bon profil d’un freelance ?

  • Son niveau de français à l’écrit doit être irréprochable. On parle ici de la syntaxe, de la grammaire et de l’orthographe.
    • Ainsi, toute personne qui maitrise parfaitement le français peut, sur le principe, prétendre écrire en freelance pour des médias en ligne. Faut-il encore qu’elle ait d’autres connaissances
  • Il faut qu’il maitrise les outils de bureautique conventionnels, évidemment les moteurs de recherche et qu’il ait des bases en SEO
    • Cela peut paraitre absurde, mais beaucoup de candidats éprouvent des difficultés à se documenter. Or, sans une bonne documentation, on ne peut espérer avoir un contenu pertinent
  • il doit maitriser les techniques d’optimisation SEO, ce qui implique des connaissances de base en langage HTML. Dans certains cas, il doit également savoir utiliser un éditeur HTML.
  • D’autre part, un freelance doit se tenir informé sur les habitudes des internautes et sur la manière dont ils consomment l’information, pour adapter son style rédactionnel aux besoins du marché et à ceux de ses clients.
      • Les clients apprécient les collaborateurs qui s’adaptent vite, car ils ont bien souvent des demandes très particulières, ce qui suppose d’être curieux et de ne pas être rétissant aux sujets inconnus. Faut-il encore être capable de bien se documenter et d’apprendre par soi-même

    Cependant, si la capacité d’adaptation est indispensable, la spécialisation pourrait bientôt devenir la clé de la réussite

Se faire une place en se spécialisant

Avec l’apparition de l’Author rank, il est probable que dans un avenir proche, Google ne s’en remette qu’à la crédibilité des auteurs pour juger la pertinence des contenus

Sachant que l’Author rank est un indice qui reflète le niveau d’expertise d’un auteur, seules les sommités dans leur domaine pourront prétendre à la reconnaissance du moteur de recherche

Ainsi, pour faire autorité sur la toile, un auteur de contenu sur la toile n’aura d’autre choix que de se spécialiser. Le but étant d’acquérir des connaissances très pointues dans un domaine précis pour devenir une référence et être crédible.

Cela implique de faire un choix orienté par ses passions, car il est difficile de se spécialiser dans une thématique qui ne nous intéresse pas. Toutefois, d’un point de vu commercial, il faut rester polyvalent pour répondre aux demandes du marché.

Mais en restant généraliste, le rédacteur web freelance doit faire face à une concurrence des plus féroces : celle des agences de rédaction des pays sous-développés

Elles sont très bien positionnées sur le marché des textes généralistes et les prix qu’elles pratiquent sont imbattables. Certaines, comme WEBTOO, ont également des capacités de production qui attirent les très gros clients, ne laissant parfois que les miettes aux freelances en France.

Il est donc fondamental de valoriser son offre en se spécialisant. Le but étant de justifier des tarifs plus élevés et de pouvoir vivre de sa plume.

Ce qui n’empêche pas d’avoir des offres généralistes, mais ces dernières doivent s’aligner sur les prix des agences offshores.

Pas besoin d’avoir de diplôme pour devenir freelance

  • Cependant, on ne se lance pas dans ce métier du jour au lendemain, car c’est un métier à part entière qui nécessite des compétences spécifiques
  • Outre un très bon niveau de français, il doit cumuler une multitude de savoirs faire. Il doit être rigoureux, être un expert dans un domaine précis et assoir sa notoriété en améliorant son Author rank