Sélectionner une page

Qu’est-ce qu’un contenu de qualité pour Google ?

La notion de qualité pour un article sur internet peut être perçue différemment si on est un internaute, un bloggueur, un rédacteur ou un moteur de recherche.

Cependant, si l’objectif d’un éditeur de site est d’être visible sur la toile, il doit juger la qualité du contenu qu’il produit de la même manière que le fait Google. Et ce, bien que le moteur tend à raisonner comme les lecteurs.

Ainsi, la notion de qualité englobe une multitude de critères qui sont ceux des lecteurs, mais conditionnés par le point de vue du moteur.

Les contenus doivent être facilement accessibles

D’un point de vue purement technique, la qualité d’un contenu pourrait se résumer à sa structure. C’est-à-dire à la manière dont le texte est intégré au code source d’un site internet.

En effet, la bonne organisation des pages et des textes facilite la lecture rapide des internautes et le travail d’analyse des moteurs de recherche. Ils doivent trouver rapidement les sujets traités, les éléments importants de chaque page et les idées clés sur lesquelles l’attention des lecteurs doit être portée. Nous parlons ici de techniques SEO qui consistent à baliser le parcours de lecture de Google (Les balises H1, H2, H3)

Ainsi, lorsque le moteur n’a pas de difficulté à lire un site, il considère qu’il en sera de même pour l’internaute.

Mais ce n’est là qu’un critère parmi d’autres et ce n’est pas le plus important.

Respecter la langue

La qualité d’un texte passe inévitablement par une bonne grammaire et une bonne orthographe.

On ne pourrait imaginer lire un livre rempli de fautes de français, de syntaxe, de grammaire. Alors pourquoi en serait-il autrement sur la toile ?

Google prend donc en compte la maitrise de la langue pour se faire une opinion sur la qualité d’un texte. Les pénalités octroyées depuis l’apparition des filtres Panda et Pingouin témoignent d’ailleurs de cette considération du moteur à l’égard de la grammaire et de l’orthographe. Tous les professionnels du référencement sont désormais conscients de ce critère qualitatif, car ceux qui produisaient des mauvais contenus ont été lourdement sanctionnés.

Ainsi, le référencement est désormais pour beaucoup l’affaire des auteurs de contenus, car la maitrise du français est un critère essentiel pour la visibilité d’un site

L’originalité éditoriale comme base qualitative

Une même information est reprise des dizaines, des centaines, voire des milliers de fois sur le net, sur différents sites ou blogs, à travers les réseaux sociaux, etc.

Dans ce tourbillon d’informations, l’internaute éprouve des difficultés à trouver ce qu’il cherche. Alors, Google doit répertorier les sources les plus pertinentes et les plus originales pour offrir à ses usagers des contenus de grande qualité.

Grâce à son immense base de données, il lui suffit de croiser les sources pour déterminer les similitudes et proposer celles qui sont les plus complètes.

Ainsi, pour se démarquer, il faut désormais traiter ses sujets en profondeur et de ne surtout pas croire que la réécriture pure et simple d’un texte permet d’être original

Google a plusieurs moyens simples de savoir si un texte intéresse les lecteurs :

  1. Le temps moyen passé sur les articles démontre s’ils sont lus ou pas
  2. Si le taux de rebond est bas, c’est que le contenu intéresse, que le site est bien organisé et que les internautes y restent et passent d’une page à une autre. S’il est élevé, c’est que les internautes quittent le site en masse dès la première page
  3. Le fait que les articles soient relayés ou pas dans les réseaux sociaux, qu’ils génèrent ou pas du buzz et des liens naturels

Quels sont les critères de qualité d’un article qui doit être publié sur un blog ou un site ?

Les critères éditoriaux :

  • Aucun plagiat
  • Nouvelle idée
  • Nouvel angle éditorial
  • Originalité du fond
  • Expertise de l’auteur
  • Article relayé dans les réseaux sociaux
  • Temps moyen passé sur l’article
  • Faible taux de rebond

Les critères linguistiques :

  • Respect de la langue
  • Grammaire et orthographe
  • Avoir une « belle plume »

En fait, ces critères démontrent qu’internet est tout simplement arrivé dans sa phase de maturité

Ce sont les mêmes critères de qualité que n’importe quel contenu pour n’importe quel média. Le niveau d’expertise d’un rédacteur doit maintenant être le même que tout journaliste de presse écrite, de télévision ou d’auteur de roman.

Le temps où un référenceur de talent était capable de faire « ranker » un site de mauvaise qualité éditoriale en utilisant uniquement des méthodes basées sur la technique SEO est révolu.

Même les black hat font maintenant  des money sites de qualité éditoriale parfaite, mais par contre utilisent d’autres techniques pour le linking…

Pour générer du trafic, il faut être parfait partout

Il faut :

  • Un CMS dont le code est parfaitement adapté aux exigences des moteurs de recherche
  • Un contenu éditorial de qualité, bien optimisé sans être sur-optimisé
  • Des contenus relayés dans les réseaux sociaux
  • Des liens SEO de qualité

Sachant que Google s’efforce de répondre aux demandes des internautes, pourquoi se soucier encore du moteur ?

  • Parce qu’aujourd’hui, sa notion de qualité est encore différente de celle des lecteurs diront certains. Mais plus pour très longtemps
  • Les métiers du référencement évoluent très vite, voire meurent un peu plus chaque fois que Google actualise ses algorithmes. Le moteur devient intelligent et son jugement qualitatif sera très bientôt représentatif de celui des internautes.